Salle Pluri-IN-disciplinaire de spectacles, Objet culturel sans stratégie

ECHO-DE-LA-BABOUINE

L’édito de Chraz !
Edito pour le d’jeun lambda scotché devant le mononeuronal Cyril Hanouna au lieu de venir à la Baie dans l’espoir de mourir moins con.
Amis d’jeun, il faut que tu saches… euh, que tu sais (?) que ta reum, ton dab et oim ça nous fout le seum de te voir baver comme un légume à la vapeur derrière ton walkman et de t’entendre raisonner comme une calebasse percée : « Ziva ! La Baidess, je m’en balec, une vieille has been de 1997 ça craint ! Pis vu que qu’y a plein d’autres salles dans le oinc qui ont copié ou qui font boum boum, pour quelle zonrai qu’j’irais m’ambiancer à Noncour où y a même pas de Carouf ? Ptdr et mdr voire lol pour les anglichophones ! ».
La 1ère  raison, cher support à écouteurs, c’est que l’original est toujours beaucoup plus mieux, comme dit Passe-partout à Sarko, Sarko à Wauquiez, Kim Jong Il à Le Pen, Le Pen Père à Le Pen fille et comme disait un fan de Pol Pot à Kim Jong Il juste avant de mourir brutalement.
La 2ème, Neuneu 1er, c’est que les Bodin’s, les Foresti et les Bénabar que tu crois avoir découverts au Zénith pour 40 ou 50 euros, et bien sache… ou save (?) qu’ils-z-et elles sont passés ici pour la moitié quand t’étais même pas encore un spermatozoïde, because c’est à ça qu’on sert, à faire découvrir des artistes presque inconnus pour presque rien dans des salles presque vides pour pouvoir se la péter quand ils deviendront populaires, comme tu le feras dans dix ans, espèce d’ingrat double !
La 3ème, c’est qu’à la Baie, tu peux boire un verre au bar avec tes idoles et les toucher avec modération !
La 4ème, c’est qu’avec Lolo le Ponot, notre Anne Roumanoff régional, la Baie ne pourra bientôt plus programmer que des ball-trap et de la chasse à courre indoor !
Et la last, c’est qu’à cause du réchauffement climatique dû aux africains qui se reproduisent comme des lapins et gaspillent chacun un dé à coudre d’eau boueuse par jour pour se laver le fion avant d’y tremper leurs biscuits très secs (dixit le clone de Passe-partout), tu vas bientôt crever toi aussi, cher d’jeun. Alors viens donc te taper des barres devant un demi Birlou servi pas des meufs cool, des keums canon et l’inverse ! Bon, jdcjdr.
Lexique pour les seniors sur demande.

On a demandé des sous à la région !

Pour le moment, c’est vrai : La Baie des Singes ne va pas trop mal. Le bâtiment est aux normes, le public est là, l’équipe est à fond, les bénévoles sont beaux, les artistes sont heureux de venir : Bref, ça ne va pas trop mal.

Un équilibre bien fragile, parce qu’à trois sous près, c’est vite la chute libre. La Baie des Singes a toujours reçu l’aide des institutions locales et nationales, grâce aux efforts inestimables de personnes qui mesurent bien l’importance de ces « petites » salles, indépendantes sans être autonomes, sur un territoire qui a vu fleurir les salles municipales en 10 ans jusqu’à quadrupler l’offre !

C’est génial toutes ces salles, et en même temps, c’est dangereux. Quand toute la culture sera gérée par la collectivité ou les collectivités, soumise au dessein politique des élus, et que nos élus ne nous feront plus bander du tout… Trop rares seront ces petits havres…

En attendant, c’est pas facile d’être petit, d’avancer sans stratégie de développement, de faire son beurre sans chercher la crème. C’est pas facile d’être le menuisier du coin, le boulanger du village, le médecin de campagne… C’est pas facile surtout quand tout grossit autour de soi.

Et le plus gros autour de nous, c’est la région. Ces grands changements de baronnie modifient la carte mais aussi le rapport entre les gens et le délire administratif. Dans ce grand fourbi, la demande de subvention est devenue une nébuleuse obscure. Les Singes ont quand même rempli le dossier.

Bref, on a demandé, on verra bien comme on nous mange…

STICKER-2015-OK-POUR-UN

ob_da36e0_image

199