Salle Pluri-IN-disciplinaire de spectacles, Objet culturel sans stratégie

ECHO-DE-LA-BABOUINE

L’édito de Chraz

Une bonne et une mauvaise nouvelle : l’homo sapiens fait tout ce qu’il peut pour disparaître et laisser les autres animaux se refaire une santé avant la prochaine… euh… « Évolution ? » mais il y a encore quelques poches de résistance. Des écolos has been, des zadistes indécrottables et des clowns intermittents à qui Lolo le Ponot et ses sbires n’ont pas encore réussi à arracher le nez rouge, bref des branleurs pathétiques qui veulent sauver l’humanité alors que leurs gesticulations ne font que prolonger son agonie. Et le pire, c’est que la Baie des Singes est un de ces îlots où on refuse de voir la réalité en face ! Mais comment faire entrer des idées aux angles pointus dans une tête de rêveur et le persuader que la seule façon d’être heureux, c’est de regarder chaque jour son compte en banque grossir jusqu’à en faire péter son coffre et ses boutons de braguette tandis que les pauvres deviennent de plus en plus maigres ? Eh bien, en lui tapant dessus pour la rendre cubique, tout bêtement (c’est le mot exact) et que notre Mouton de Rothschild garde l’exclusivité de la tête de melon ! D’où l’utilité des CRS, dont la servilité n’est malheureusement pas récompensée car la déformation est provisoire pour la simple raison que contrairement aux deux neurones de Gérard Collomb et à la pensée de Jupiter, le crâne du rêveur est élastique.

En disant : « Tout est relatif ! », Einstein nous avait indiqué la voie du bonheur par comparaison, suivi par le grand philosophe hongrois Nicolas Sarkozy et son fameux : « Travailler plus pour gagner plus ». Plus que qui ou quoi ? Plus que ceux qui gagnent moins, évidemment ! Mais au lieu de baver chaque soir en tirant la langue devant leur ordinateur pour vérifier leurs comptes, les rêveurs sortent, vont voir des spectacles, s’amusent, notre disparition stagne et on se retrouve avec un public nombreux en train de rire, d’applaudir et parfois même de jubiler devant des artistes certes talentueux mais nuisibles qui pissent sur le CAC 40 comme Jacques Brel sur les femmes infidèles, c’est révoltant… mais comme vous faites probablement partie de ces utopistes, qu’est-ce qu’on peut faire d’autre que de continuer à essayer de vous faire rêver ?

Jazz et musiques improvisées, un parcours qui se précise !

La Baie des Singes reprend depuis deux ans un parcours qui l’avait classée parmi les salles incontournables en France pendant plusieurs années : le jazz et les musiques improvisées.
Les amateurs pouvaient à l’époque apprécier une programmation entre musiciens connus du public (André Minvielle, Daniel Yvinec, Franck Tortiller…) et d’autres qui ne tarderaient pas à se faire connaître tels que Thomas de Pourquery, Sylvain Luc…

Après une longue pause pour des raisons de financements, elle revient avec un projet phare dans sa programmation, avec des résidences, un programme d’actions culturelles et des actions de médiation.
Soutenue et accompagnée par la DRAC AURA, lé Région Auvergne – Rhône-Alpes et Clermont-Auvergne Métropole, on trouve désormais une dizaine de concerts au fil de la saison d’artistes nationaux et internationaux, des projets périphériques pour amener le public à ces musiques, et une Baie des Singes mise à disposition des musiciens pour chercher (et trouver), composer, répéter les nouveaux projets en création.

L’équipe s’attachera à faire connaître les musiciens du coin (élargi à la Grande Région) en les accompagnant dans leurs démarches de structuration, de production et de diffusion.
Ne vous étonnez pas, on vous en parlera de plus en plus. Le jazz, depuis ses origines à la Nouvelle-Orléans, exprime un état d’esprit contestataire et libertaire, ses musiques sont toujours généreuses et audacieuses et finalement, ce sont bien des qualités de babouin !

La plaquette à télécharger !
Le bulletin d’abonnement est disponible à l’intérieur
Sinon rendez-vous en page  INFOS PRATIQUES

Alban Ivanov est « En Construction »

Un nouveau spectacle, c’est une fête, et quand c’est celui d’Alban Ivanov, c’est la teuf !!
Vous ne trouverez pas ces deux dates dans le programme, elles se sont rajoutées 48 heures après l’impression des 19000 livrets.
Peu importe, après plus de 300 représentations et trois Olympia, tout à guichet fermés, Alban revient !